Alter-Ekolo Saint-Etienne

25 novembre 2010

Condamnation

AlterEkolo condamne les agressions homophobes de ces derniers jours à Saint Etienne, prend fermement position contre tous les actes d'intolérance et de non respect de la différence, qu'ils soit homophobes, sexistes, racistes,islamophobes, antisémites..., contre toutes les discriminations.
Nul ne doit être inquiété pour ses options intimes quelles qu'elles soient dans la société que nous voulons.
Le 24 novembre 2010
Pour AlterEkolo Saint Etienne,
Claire Chevrier.

Posté par nadim ghodbane à 12:11 - Permalien [#]

25 mars 2010

Audience des jeunes tagueurs de la Mosquée de Saint-Etienne

J'ai assisté à l'audience concernant l'affaire des tags racistes sur la Grande Mosquée de Saint Etienne le mardi 23 mars.
Dans les grandes lignes :
- Trois élèves du Lycée Benoit Fourneyron à Saint Etienne, où j'enseigne, devaient répondre de dégradation de lieu de culte,  incitation à la haine raciale, et pour l'un détention illégale d'armes.
- Se sont constitués parties civiles la Ligue des droits de l'Homme, SOS Racisme, La Mosquée de St Etienne et le Conseil régional du culte musulman.
La communauté musulmane de la Région Rhône Alpes et de St-Etienne parle de Pardon et de Miséricorde. A la barre les jeunes gens ont essayé d'expliquer leurs actes chacun à son tour lors d'un long questionnement, n'ont pas réussi à demander pardon ou présenter des excuses, même si leur avocate dit avoir en sa possession de tels documents.
Le Procureur de la République :
- a requis 9 mois de prison avec sursis, accompagnés de mise à l'épreuve
- souligne avec étonnement le fait que ces jeunes gens se posent en victimes
- affirme que leurs actes sont très graves et qu'ils sont actuellement guidés par la haine en eux
- leur a signifié qu'un lieu de culte, quel qu'il soit, est un lieu de paix 
- mentionne qu'à l'heure actuelle il n'est pas dit que ces jeunes ne pourraient pas recommencer, d'où la mesure de mise à l'épreuve  qui est une mesure éducative.
- rappelle à ces jeunes gens les tristes périodes de notre histoire  et demande qu'ils révisent leur histoire au sujet des tags nazis et des thèses qu'ils se sont appropriées
- leur mentionne la réalité de notre société, qui est diverse, puise sa richesse dans sa diversité, leur mentionne le fait qu'une partie de la France est musulmane, qu'être français c'est aussi être musulman, et qu'ils devront bien accepter l'autre dans sa différence.
Bien sûr ce compte-rendu est succinct et ne peut relater l'ensemble des propos et des arguments de la défense et des avocats des parties civiles.
Il s'est avéré qu'il ne s'agit pas d'une virée d'étudiants alcoolisés comme ils ont essayé de la faire croire, mais bien à de jeunes activistes, à la fois nazillons, hostiles à une communauté, dont l'un se dit proche du bloc identitaire. A écouter leurs propos font froid dans le dos...
Le  verdict a eu lieu à l'heure qu'il est :
8 mois de prison avec sursis, et indemnisation des parties civiles.
Bien sûr il s'agit d'une peine de clémence, nous n'aimerions pas imaginer le verdict rendu dans le cas de jeunes gens à la peau un peu plus mate, ni l'écho qui serait fait de tels actes. Nous ne pouvons l'expliquer que par le fait que la communauté musulmane reste digne dans cette affaire, mais nous savons bien que ce genre de verdict ne suffira pas à arrêter la bête immonde, ce procès n'a pas lieu en dehors du contexte politique, ni des thèmes racistes et islamophobes déversés pendant la campagne électorale. Saurons-nous vraiment mettre un terme au rejet de l'autre, notre société va-t-elle y mettre un terme, ou bien continuer à libérer la parole raciste et islamophobe ? Cela ne dépend plus que de l'engagement de chacun dans un combat citoyen, fait à l'image de notre pays, où règnerait  la diversité réelle de notre pays .
Claire Chevrier

Posté par nadim ghodbane à 14:02 - Permalien [#]

09 février 2010

Notre groupe dénonce les propos racistes et injurieux découverts ce jour sur les murs de la Grande Mosquée de
Saint-Etienne
Adresse un message de fraternité à toutes les personnes meurtries par de tels actes,
Dénonce le climat raciste et islamophobe créé par les politiques ayant contribué à développer un
climat de guerre civile semblable aux pires périodes de notre histoire, en agitant depuis trop
longtemps maintenant des épouvantails et des peurs, que ce soit par la création d'une commission
parlementaire sur la burqa aboutissant à une loi pour un problème qui ne concerne que quelques
centaines de personnes sur notre territoire, ou par la tenue d'un débat sur l'identité qui consiste en
fait à une seule chose, rejeter l'autre et nettoyer ce cher pays de ce qui pourrait le colorer.
Comment éviter dans ce contexte que les pires instincts ne se réveillent et s'expriment sur les murs ?
Nous répondons présents à l'appel à la solidarité du Dimanche 14 février, invitons à s'y rendre celles
et ceux qui oeuvrent pour un monde de fraternité et de paix.
le 08 février 2010
C. Chevrier

IMG0061A
IMG0062A
IMG0063A

Posté par nadim ghodbane à 16:31 - Permalien [#]

06 septembre 2009

MOBILISATION CITOYENNE

Les Faucheurs Volontaires Rhône-Loire vous invitent

« Où SE TROUVENT LES PARCELLES D’OGM CACHES ?»

L’action des Faucheurs a contribué à l’interdiction de la culture du maïs Mon810 en France. 5 autres pays européens bénéficient actuellement d’un moratoire.Mais aujourd’hui, les firmes essaient de passer par des voies détournées pour imposer leurs OGM cachés, issus cette fois de mutagénèse dirigée.Pioneer annonce que 1000 ha de tournesol ExpresSun résistant à un herbicide ont été semés cette année en France, et qu’en 2010, il y aura une commercialisation massive de semences. BASF prépare aussi une variété de colza du même genre.Notre action continue. Nous devons nous mobiliser massivement pour refuser ces OGM qui ne disent pas leur nom, et qui échappent à toute réglementation puisque la directive européenne, qui les définit bien comme des OGM, les exclut de son champ d’application.

OGMfaucheurs

SOYONS NOMBREUX à être présents

LE SAMEDI 12 SEPTEMBRE à 11 heures, à CONDRIEU

Place du marché aux fruits, côté salle des fêtes

POUR UNE INSPECTION CITOYENNE DANS LA REGION

Au programme : - 11 heures : accueil, point d’information, prise de paroles, contact presse

- 12 heures : départ pour le lieu de pique-nique tiré du panier

- 14 heures : inspection citoyenne de champs de tournesol, en vélo (recommandé) ou en voiture

SOYONS NOMBREUX PARCE QU’IL EST URGENT :

- de refuser vigoureusement la culture de cette variété de tournesol et de l’herbicide qui l’accompagne, et de demander à Pioneer d’abandonner la commercialisation de ces semences

- de dénoncer le passage en force de ces nouveaux OGM-pesticides et le contournement de la réglementation par les firmes agro phytopharmaceutiques

- de demander au gouvernement un moratoire sur ces variétés et d’intervenir pour que la directive européenne 2001-18 soit modifiée

Nous devons agir pour stopper cette nouvelle stratégie de confiscation du vivant et des droits des paysans et des consommateurs

Le Collectif des Faucheurs Volontaires
            Contacts : 06 31 13 50 08 ou  06 30 14 67 24 ou 04 75 67 14 74      


 

 

Posté par nadim ghodbane à 20:12 - Permalien [#]

14 juin 2009

Débat

La Finance Islamique


Les crises que nous traversons nous conduisent maintenant à repenser, à reconsidérer notre modèle de développement.  Il faut nous engager résolument dans un véritable processus éthique, durable et solidaire.

Interrogeons la finance islamique.

Quelles solutions proposent ce système ?

Quelle alternative au système actuel ?

Conscience éthique de nos actes ?

 

Présentation, Rencontre, Débat

Mardi 30 Juin 2009 à 19h

28 rue Polignais 42000 Saint-Etienne

(Entre la Comédie de Saint-Etienne et la Bibliothèque municipale)

tel 0610847940

En partenariat avec :

AlterEkolo                                _smf

AC1

Posté par nadim ghodbane à 22:02 - Permalien [#]

12 juin 2009

Positionnement d'AlterÉkolo après les échéances Européennes 2009

Europe Écologie a fait un excellent résultat aux élections européennes. Force est de le constater et de
l'analyser, tout particulièrement pour AlterÉkolo qui n'a pas soutenu cette stratégie qualifiée de "repli
environnementaliste". Ce vent électoral est historique, il indique un basculement important dans l'opinion publique (il faudra prendre le temps d’approfondir l’analyse : environnementaliste seulement ou réellement écologiste ?). Il donne l'espoir de l'effritement du bipartisme qui peut changer la donne politique.
La faible participation bien sûr relativise ce score dominé partout en Europe par un renforcement des
droites et ultra droites, les forces politiques les moins à même de mettre en place la transformation du
mode de développement indispensable pour éviter la catastrophe climatique et la crise sociale, il y a
pourtant urgence.Néanmoins un phénomène s'est produit qui devrait désormais mettre les questions   écologiques au coeur de toutes les décisions politiques. Celles et ceux qui cherchent depuis 20 à 25 ans à alerter ne peuvent que s'en satisfaire. Il ne faut pourtant pas s'arrêter là. Car en 1992-3, l'écologie a aussi connu des succès sans réellement réussir à peser sur les décisions politiques et la transformation de la société,et en ce début des années 2000, la comm' et le greenwashing ont trop souvent pris le pas sur l'action politique. Nous restons persuadés que la seule approche environnementaliste ne peut contribuer à faire un socle commun et pérenne qui apporte une réponse aux urgences planétaires. Une partie de cette approche est reprise aujourd'hui par les puissances financières qui investissent des milliards d'euros dans les
énergies renouvelables avec une logique unique de profits.
Comment utiliser ce résultat pour renforcer la transformation de la société ?
Durant les cinq prochaines années la pauvreté mondiale, sous l'effet de la crise, va malheureusement
augmenter, car entraînée par un modèle économique inadapté à la réalité du monde dont on voit aujourd'hui
les limites. À Europe Écologie, des voix s'élèvent pour dire : il faut être de ce combat social en pérennisant l'ouverture et élargir aux syndicats et associations qui se préoccupent de ces questions et sont mobilisées
dans les luttes et appels contre la dérégulation et la démolition sociale. Il faut soutenir cette volonté.
Alter Ékolo et les sensibilités regroupées dans ADEP (courant chez les verts) doivent en interne
comme en externe participer à l’élargissement aux mouvements et aux forces politiques qui s'en
préoccupent. Les débats sur les relations entre Europe Écologie et des Verts risquent d'être pesants, celles et ceux d'entre nous qui ont participé aux Collectifs unitaires puis à la Fédération sont bien placés pour le savoir. Pour autant, le dépassement de la forme parti est toujours une nécessité et une inconnue.
La Fédération a eu la sagesse de ne pas se lancer dans la campagne électorale pour préserver son
avenir. Il faut s'en féliciter. À d'autant plus forte raison que, si les résultats à la gauche du PS sont
analysés comme bons par chacun des acteurs concernés (le Front de gauche a bien marqué sa nouvelle
représentation ; le NPA a doublé le score précédent de l'extrême gauche et ne manque pas de s'en targuer ; mais l’éparpillement des listes fait qu’ils sont encore très modestes.
La division met une fois de plus la gauche à terre.
Le combat pour l’unité devait être fait, et nous l’avons maintenu jusqu’au bout. Maintenant, il faut
constater les dégâts de la division après chaque élection, une sorte d’impuissance et de démoralisation
épuisent les forces de transformations sociales écologiques et politiques qui sont prêtes aux rassemblements
pour défaire le libéralisme et ses lois du système marchand, afin de construire une vraie alternative.
Cette recherche d’unité des forces est impuissante devant la volonté de nombreux partis de
se compter. C’est plus qu’un problème de stratégie, c’est certainement un autre projet, car l’urgence
de mesures politiques appropriées pour lutter contre la misère, les inégalités et l’étendue des problématiques
écologiques, s'oppose à la radicalité des positions politiques qui conduit à la défaite du camp
de la transformation de ce système capitalisme. En privilégiant leur construction de vieilles structures à
celle d'un rassemblement riche de diversités, ils empêchent une vraie alternative de peser. Il faut donc
intégrer cette divergence et faire, avec tous ceux favorables dès maintenant, un front permanent des
forces de transformations à longue vue sur le terrain politique et sur celui des mouvements sociaux.
L'essentiel : la transformation ici et maintenant de la société
L'essentiel est de répondre aussi pratiquement à l'interpellation des électeurs qui ont bougé (que ce
soit par conviction écolo nouvelle ou pour tacler l'incurie du PS ou autre…) plutôt que se lancer déjà
dans les manœuvres électoralistes de préparation des échéances suivantes. Nous pouvons apercevoir dans Europe Écologie, le front de gauche, la Fédération, des regroupements où il existe des aspects (pas seulement) pour tenter de construire des outils avec des diversités et apporter des réponses politiques alternatives qui correspondent aux enjeux sociaux et écologiques avec des formes d’organisation plus ou moins souple. Nous pouvons voir aussi d'autres regroupements ou nouvelles organisations certaines plus petites, mais dont l'apport des idées nous semble incontournables (le PG, le NPA, les collectifs unitaires (CNCU), les Alternatifs, les communistes unitaires (ACU), Utopia, les Décroissants, les écolos radicaux, les Altermondialistes, les non-violents, les antinucléaires,…), nous avons entretenu, ces dernières années, avec toutes ces diversités des relations, des discussions, réalisé des combats communs, nous pouvons même dire que nous avons "fourni" beaucoup de militant-e-s, car les échanges et les liens ont permis d’essaimer des forces militantes en fonction des sensibilités dans ces différentes organisations. Ceci nous donne des responsabilités, car nous pouvons et nous souhaitons être une des passerelles possibles pour aider à établir une liaison permanente entres ces différentes forces, nous le ferons avec celles qui le souhaitent.
Nous devons interpeler Europe Écologie et les Verts pour que ce regroupement assume pleinement l'approche sociale qui positionne le projet écologiste à gauche. Nous devons parallèlement interpeler la gauche de gauche dans toute sa diversité et sans à-priori. Dans cette tâche nous comptons intervenir en priorité dans la Fédération. La Fédération qui se revendique de "l'écologie politique", réalise une première étape de regroupement et doit aborder cette nouvelle échéance politique pour aider à construire ce lien permanent avec les autres forces. Fédérons nous ! Concrètement, elle devrait inviter tous les autres forces à constituer, suivant les formes qu’elles détermineront, un cadre permanent de liaisons et de discussions pour intervenir dans les mouvements sociaux, mais aussi dans les prochaines échéances électorales. Ce double mouvement : interpeler Europe écologie / les Verts, interpeler la gauche de gauche / la Fédération ; AlterÉkolo doit en prendre la responsabilité et démontre ainsi l'utilité de notre positionnement politique complexe que nous avons choisi. Nous ne sommes pas les seuls à l’assumer : Écologie Solidaire et Utopia aussi veulent mettre l'écologie au coeur de la gauche et de son renouvèlement. Plutôt que d'attendre l'improbable unité comme on attend Godot, la construction de passerelles est aujourd'hui essentielle pour redéfinir et reconstruire la gauche, la refonder ! Une période historique, celle du productivisme (qui a débuté au XIXème siècle), est en train de se refermer. Reste à inventer un mode de développement, un projet politique qui donne à rêver et à agir. Et tout
est à faire !

Posté par nadim ghodbane à 15:17 - Permalien [#]

01 mai 2009

1Mai2009

1Mai2009
Vidéo envoyée par nadgho

Posté par nadim ghodbane à 16:24 - Permalien [#]

29 avril 2009

COMMUNIQUE sur l'Opéra Théâtre

Nous soutenons les personnels de l'Opéra-Théâtre de Saint Etienne, l'objet de leurs craintes nous préoccupe également. Pourquoi la politique de la Gauche en matière culturelle est-elle toujours basée sur le principe : « Du passé faisons table rase » ? Avec une programmation audacieuse en lyrique et en musique classique, la
ville de Saint Etienne se distingue parmi les villes de son rang. La mise à disposition pour tous de programme culturel de qualité avec un contenu élevé reste une de nos priorités. Si cette programmation apparaît
comme trop élitiste, il semblerait d'actualité d'en maintenir le contenu en pratiquant une politique tarifaire volontariste permettant à plus de stéphanois encore d'en bénéficier. Comment approuver des décisions visant à restreindre l'activité des choeurs et de l'orchestre de Saint Etienne ? Délocaliser l'activité pour la transporter
où ? Combien de départ de talents de Saint Etienne s'annoncent pour l'avenir ? Quelles répercussions pour le Conservatoire, pour le lyrique à l'école ? Encore une fois nos enfants et les générations futures, les citoyens de demain vont faire les frais de l'abandon d'une richesse de notre ville !
Le 28 avril 2009,

Posté par nadim ghodbane à 09:20 - Permalien [#]

27 avril 2009

POUR UN GRAND 1er MAI DE CONVERGENCE DES LUTTES

Après les mobilisations des 29 janvier et 19 mars, c'est un 1er mai exceptionnel qui se prépare dans toute la France. Pour la première fois depuis longtemps, en effet, toutes les organisations syndicales y appellent ensemble et prévoient plus de manifestations qu'il n'y en a eu le 19 mars. Cela fait maintenant plusieurs mois que la colère sociale grandit dans le pays, multipliant les ctions les plus diverses. La défense de l'emploi et le refus des licenciements sont à l’origine de conflits de plus en plus nombreux.  Des secteurs comme l'université et l'éducation, la santé ou la Poste sont mobilisés depuis des mois. D'autres comme EDF-GDF intensifient leurs actions. Le 1er Mai peut constituer une étape supplémentaire dans la convergence et la généralisation de mobilisations sociales  dont le mouvement des Antilles, notamment, a montré l’efficacité.Bien que les choix politiques du gouvernement soient de plus en plus largement mis en cause, celui-ci refuse d'entendre les exigences sociales qui se sont exprimées, entre autres, au travers de la plate forme intersyndicale du 5 janvier et dans les journées des 29 janvier et 19 mars. Le gouvernement loin d’apporter une quelconque réponse aux urgences sociales du pays, une quelconque réponse efficace à la crise, laisse faire les plans de licenciement, continue de mettre en œuvre des choix qui font payer aux populations l'addition de la crise et s'enfonce à tous les niveaux dans un autoritarisme et un mépris insupportables. Tous les clignotants de la situation sociale et économique du pays restent au rouge. Il faut mettre un coup d’arrêt à la politique de Nicolas Sarkozy et du Medef et contribuer à faire grandir l’exigence d’autres choix de justice et de solidarité .Cela concerne notamment l’opposition aux suppressions d’emplois et à la précarisation, dans le privé comme dans le secteur public,  l'augmentation des salaires, du SMIC, des minimas sociaux et des retraites; la défense et le développement des services et de l'emploi publics ; l’annulation des lois Bachelot et Pécresse, la réorientation des richesses vers le développement de productions et de services susceptibles d'engager notre pays dans un tout  autre  mode de développement fondé sur la satisfaction des besoins sociaux dans le respect des équilibres écologiques.La réunion du G20 présentée par Nicolas Sarkozy comme un grand succès n’a fait que conforter les choix qui sont à l’origine même de la crise. Aucun des mécanismes d'accumulation financière à l’origine de celle-ci n'est mis en cause, l’essentiel pour N. Sarkozy comme pour les dirigeants des grandes puissances étant la sauvegarde même de ces mécanismes.De plus en plus en difficulté, le gouvernement semble aujourd'hui tenté par une stratégie de la tension dans laquelle il agite à nouveau le thème de l'insécurité. Il renforce sa volonté de criminaliser l'action sociale et collective, tente d’instrumentaliser les « séquestrations de patrons » que soutient une majorité de la population et lance une nouvelle loi sécuritaire stigmatisant les jeunes. Les enquêtes d'opinion ont montré que l'exaspération sociale était largement partagée. Nous refusons toutes atteintes aux libertés qui visent à museler la contestation sociale et politique.La question de l'emploi devient cruciale. Face à des groupes qui sacrifient leurs salariés au profit de la rémunération des actionnaires et des plus hauts dirigeants patronaux, il est temps de stopper au plus vite les licenciements et d’éliminer toute conséquence du chômage partiel pour les salarié-e-s. Nous agirons dans ce sens aux côtés de celles et ceux qui sont concerné-e-s.Nos organisations, comme elles l'ont fait lors des précédents rendez-vous de mobilisation sociale, appellent à la réussite d'un 1er mai 2009 historique. Elles seront aux côtés des salarié-e-s, de tous les travailleurs, de toute la population pour amplifier la mobilisation populaire afin d’obtenir les changements de cap politiques nécessaires.

 Signataires : Les Alternatifs, le PCF, le PS, Le MRC, Le Parti de Gauche, La Fédération,  Alternative Démocratie Socialisme (ADS),  Alter Ekolo - Ecologie Solidaire, La Coordination nationale des collectifs unitaires (CNCU), L’Association des communistes unitaires (ACU),  La Gauche Unitaire, Le NPA,  Le PCOF, PRG.

Posté par nadim ghodbane à 21:10 - Permalien [#]

01 avril 2009

Européennes : se battre pour l’unité !

Nous ne prenons pas notre parti de la division qui s’installe dans la gauche de gauche pour une
autre Europe, sociale, écologique, pour l’égalité des droits, antiraciste, et féministe. Il est indispensable de continuer le combat pour une liste unitaire jusqu’à la fin, c’est à dire jusqu’à la clôture du dépôt officiel des listes. Une fusion des listes actuellement concurrentes reste toujours possible. La division est un recul pour l’Europe que nous voulons La crise, la montée dramatique du chômage de masse, rendent une Europe démocratique, sociale, écologique, plus que jamais nécessaire. Ensemble, en 2005, nous avons mené un combat pour la démocratie des citoyennes et des citoyens, contre une Europe des multinationales, des technocrates et des lobbies. Jugeons-nous aujourd’hui ce combat inutile ? Ensemble, en 2005, nous avons dit que nous voulions construire une Europe sociale, écologique, pour l’égalité des droits, antiraciste, et féministe, à la place de celle du capital. Nos guerres internes rendent-elles ce combat caduc ? La division va renforcer la droite et le social-libéralisme. L’écart entre la résistance au Sarkozyme et les logiques de boutiques partisanes va grandissant. C’est pourquoi la droite risque une fois encore de l’emporter électoralement, alors qu’elle est massivement désavouée dans la rue. Nous ne pouvons pas nous réfugier derrière les responsabilités bien réelles du PS dans cette situation : il y a bel et bien crise de notre gauche. Nous ne pouvons reporter, échéance après échéance, les réponses à cette crise : les forces de gauche qui s’opposent au libéralisme doivent se rassembler, dans la rue et dans les urnes. La Fédération a toute sa place dans ce rassemblement. C’est pourquoi nous devons continuer à faire signer l’appel « réaliser une campagne unitaire, c’est possible ! ». L’unité, comment ? La crise de notre gauche, c’est son incapacité à donner à voir largement le monde que nous voulons. Nous proposons des comités unitaires larges et ouverts, non seulement dans la perspective de la campagne européenne, mais aussi dans celle d’un front permanent contre la droite et le sociallibéralisme, et dans celle de la construction d’une alternative sociale et écologique. La crise de notre gauche, c’est encore son incapacité à agir ensemble, dans le respect des diversités de chacune de ses sensibilités politiques, sociales, associatives et culturelles. A l’opposé des logiques d’hégémonie partidaire ou de cartel électoral, nous pensons que la diversité est une force, qui doit être visible. La crise de notre gauche, c’est aussi son incapacité à mettre en oeuvre une autre manière de faire de la politique. Nous devons proposer d’y intégrer la « société civile militante » dans ses dimensions citoyennes, syndicales, associatives et culturelles, afin de constituer une masse critique capable de disputer l'hégémonie au PS sur le terrain militant et électoral. Nous continuons à poser la question de l’élection à partir des mobilisations en cours, comme leur prolongement. Si, à la date limite du dépôt des listes, la division l’emporte, nous appellerons à voter pour battre la droite et toutes les listes qui approuvent le Traité de Lisbonne. Le vote indicatif très majoritaire : Sur 80 personnes présentes au moment du vote : 4 contres, 5 abst, 2 NPPV, le reste Pour.

Posté par nadim ghodbane à 20:40 - Permalien [#]